Monde

La Grande-Bretagne met en garde l’UE sur le Brexit: “Nous ne clignerons pas des yeux en premier lieu”. nouvelles du monde

La Grande-Bretagne ne clignera pas des yeux pour la première fois dans les négociations commerciales sur le Brexit avec l’Union européenne et n’a pas peur de se retirer du non-accord, a averti dimanche le principal négociateur du Brexit du pays.

La Grande-Bretagne a quitté l’Union européenne le 31 janvier, mais les pourparlers ont jusqu’à présent été loin de convenir d’un nouvel accord commercial jusqu’à la fin d’une transition de statu quo en décembre.

“Nous sommes venus avec un gouvernement et une équipe de négociation qui ont parlé en un clin d’œil et l’UE avait appris à ne pas prendre notre parole au sérieux”, a déclaré dimanche le négociateur David Frost au Mail.

“Une grande partie de ce que nous essayons de faire cette année est de leur faire comprendre que nous pensons ce que nous disons et qu’ils devraient prendre notre position au sérieux”, a-t-il déclaré.

Les négociations doivent reprendre mardi à Londres, mais elles sont catégoriques sur l’insistance de la Grande-Bretagne pour qu’elle jouisse d’une totale autonomie en matière d’aides d’État et de ses exigences en matière de pêche. La Grande-Bretagne affirme que l’Union européenne traîne les pieds dans les négociations et n’a pas pleinement reconnu qu’elle est désormais un pays indépendant.

Frost a déclaré au Mail: “Nous n’allons pas être un État client. Nous ne faisons aucun compromis sur les principes fondamentaux de la prise de contrôle de nos lois.” “Nous n’accepterons pas les dispositions de jeu égal qui nous enferment dans le fonctionnement de l’Union européenne.”

“C’est en étant un pays indépendant, que le peuple britannique a voté et ce qui se passerait à la fin de cette année”, a déclaré Frost.

Il a dit que beaucoup de préparation avait été faite pour une possible sortie sans accord commercial.

“Je ne pense pas que nous en ayons peur du tout”, a déclaré Frost. “Si nous pouvons parvenir à un accord qui réglemente le commerce du Canada de cette manière, alors tant mieux. Si nous ne pouvons pas, ce sera un accord commercial de type australien et nous y sommes pleinement préparés.”

Close