Monde

Un tribunal pakistanais donne à l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif la “ dernière chance ” de se rendre avant le 10 septembre

Islamabad: un tribunal pakistanais a accordé mardi “la dernière chance” de se rendre à l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif et de comparaître le 10 septembre pour une audience dans une affaire de corruption contre lui, selon les médias. Sharif, âgé de 70 ans, est à Londres depuis novembre de l’année dernière après que la Haute Cour de Lahore lui ait permis d’aller à l’étranger pendant quatre semaines pour traiter une maladie cardiaque et un trouble du système immunitaire. Le triple premier ministre a été condamné à sept ans dans l’affaire Al-Azizia Steel Mills.

Un banc spécial de deux membres de la Haute Cour d’Islamabad – comprenant le juge Amir Farooq et le juge Mohsin Akhtar Kayani – a entendu mardi des pétitions contre Sharif, sa fille Maryam Nawaz et son gendre capitaine (à la retraite) Safdar. Dawn News a rapporté cela dans les affaires Avenfield et Al-Azizia Steel Mills.

L’affaire Avefiled concernait des propriétés à Londres qui auraient été achetées par de l’argent mal acquis. “Nous ne donnons pas encore la décision finale. Nous vous donnons [Nawaz] Dernière chance de se rendre avant la prochaine audience. Le banc a déclaré que Nawaz Sharif devrait comparaître dans tous les cas.

L’avocat de Sharif, Khwaja Harris, a déclaré que l’ancien Premier ministre n’était pas médicalement apte à retourner au Pakistan et qu’une pétition connexe était en instance devant la Haute Cour de Lahore. Selon le rapport d’Express Tribune, la poursuite de l’audition de l’affaire a été reportée au 10 septembre. L’appel de Maryam et du capitaine Safdar sera entendu le 23 septembre.

Le gouvernement pakistanais a déjà déclaré Sharif en fuite et s’est adressé au gouvernement britannique pour son extradition. Le Premier ministre K Shahzad Akbar, chargé de la responsabilité et des affaires intérieures, a déclaré la semaine dernière que la caution de quatre semaines de Sharif pour raisons médicales avait expiré en décembre de l’année dernière.

Akbar a déclaré que le gouvernement emploierait le National Accountability Bureau pour poursuivre l’extradition de Sharif. Dans une interview accordée récemment à ARY News, le Premier ministre Imran Khan a déclaré que son gouvernement “regrettait” la décision de lever l’interdiction de Sharif. En mai, une photo de Sharif buvant du thé avec sa famille dans un café de Londres est devenue virale sur les réseaux sociaux, suscitant un débat sur la gravité de son état de santé.

Le gouvernement a fait l’objet de nouvelles critiques la semaine dernière lorsque des photos de Sharif ont fait surface en ligne, le montrant marchant dans la rue, lui demandant de le rappeler de l’intérieur du Pakistan Tehreek-e-Insaf au pouvoir.

Close